Les Incollables de La GYM

Aujourd’hui le thème de notre rubrique « les incollables de la GYM » repose sur les agrès communs en gymnastique artistique féminine et masculine.

Le saut

En 2001, la table de saut est venue remplacer le saut de cheval.

Le saut est un exercice commun à la gymnastique artistique féminine et masculine.

Le saut est l’agrès où le passage est le plus rapide. L’épreuve se déroule en quelques secondes : après une course d’élan rapide, la/le gymnaste prend une impulsion sur un tremplin (premier envol), puis lors d’un second envol, prend appui avec ses deux mains sur la table de saut. Ces impulsions donnent à l’athlète une hauteur suffisante pour réaliser une figure acrobatique.

Les figures classiques sont le saut par renversement (ou « lune ») assorti de vrille ou de salto, appelé le Tsukahara ou le Yurshenko qui consiste en une rondade sur le tremplin, suivie d’un flip et d’une figure complémentaire (comme un salto ou une vrille). D’une hauteur de 1,25 (filles)/1,35 (garçons) mètre, la table de saut est située au bout d’une piste d’élan de 25 mètres.

Pour la notation, les juges évaluent la technique, l’exécution, la hauteur, la longueur lors du deuxième envol, la réception et le dynamisme.

Le saut de cheval est un agrès qui allie force, dynamisme et technique.

Règlementation du matériel :

– Longueur de la table de saut : 1,25 mètre 
– Largeur : 95 cm 
– Hauteur max. : 1,25 m pour les filles

– Hauteur max. :1,35 m pour les garçons
– Piste d’élan de 25 mètres.

Le sol

Le sol est également un des deux agrès communs à la gymnastique artistique féminine et masculine. Il s’agit d’une surface délimitée (12 mètres par 12 mètres), appelée praticable.

Les gymnastes féminines réalisent un exercice en musique d’une durée de 1 minute 30. L’exercice doit être composé de mouvements de séries acrobatiques (avec ou sans envol, en avant, en arrière, sur le côté) ainsi que des liaisons gymniques et chorégraphiques.

Un changement artistique entre les éléments gymniques et acrobatiques, un rythme et une utilisation variée de toute la surface du praticable sont nécessaires. De plus la chorégraphie doit être en harmonie avec la musique. 

Contrairement aux féminines, les gymnastes masculins ne disposent que de 50 à 70 secondes et d’aucun accompagnement musical. Ils doivent s’exprimer dans un exercice où alternent les mouvements d’acrobatie pure et les chorégraphies. Les hommes ajoutent à ces éléments acrobatiques des mouvements de force, d’équilibre et de souplesse. L’exercice, comprend principalement 3 à 4 séries acrobatiques exécutées dans au moins deux directions (avant, arrière ou latérale).

Le gymnaste doit utiliser la totalité du praticable lors de son mouvement et au niveau de la notation, une sortie du praticable, du pied ou de la main, entraîne une déduction.

Le sol est une discipline olympique de la gymnastique artistique depuis 1932.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *